Pendant deux semaines, fin juillet et début août, une quinzaine de jeunes a pu s’initier aux métiers du cinéma en participant au stage « Kourmétraz » mis en place par Cinékour, association qui œuvre pour l’émergence d’un cinéma réunionnais. Parmi les stagiaires, cinq jeunes intégrés en « Garantie Jeunes » à la Mission Locale Nord ; un stage tout simplement riche en expériences.

 

Quartier Moufia 2. Avant dernier jour pour les jeunes stagiaires.

Objectif : filmer la dernière scène de leur court-métrage dans un espace dégagé entre deux blocs d’immeubles. L’équipe de tournage est en place et chacun s’affaire à opérer des gestes précis pour être efficace. Il faut tourner pendant les dernières lueurs du soleil… Dans une douce atmosphère d’hiver austral.

Les célèbres mots « Silence, moteur… Action » claquent dans l’air. Entre temps le "clapman" est venu annoncer la séquence à tourner, l’ingénieur son et le cadreur ont confirmé « ça tourne » de leur côté. Tous les regards sont braqués vers les actrices, la concentration est extrême. Elles jouent leur scène pour la 3ème fois.

« Coupez ! », cette fois-ci, la prise est bonne. Les sourires et les applaudissements marquent la fin de journée de tournage.

En immersion

Avant d’en arriver là, les jeunes ont pu découvrir les coulisses du milieu en version express pendant une semaine. L'immersion était totale pour la préparation du tournage : réflexions sur divers thèmes et sujets, comment écrire un scénario, la découverte du matériel de tournage, le vocabulaire du cinéma, les différents métiers (assistant réalisateur, cadreur, scripte, ingénieur son…), le repérage. 

Sur le plateau, « ils sont traités comme de vrais pros » précise Elsa Dahmani, réalisatrice et directrice de Cinékour*. Le dispositif Kourmétraz est l’un des fers de lance de cette association qui accompagne des jeunes dans la création de courts métrages au sein des quartiers prioritaires.

 « Sur ce qu’on attend de cette action c’est aussi de permettre aux jeunes de révéler leur confiance en eux et d’oser croire en leur propre talent. »

Et de ce côté-là, pas de soucis à se faire, les bénéficiaires du stage prennent à cœur leurs missions. Elle ajoute : « C’est important aussi pour Kourmétraz  d’encourager la professionnalisation des stagiaires et de leur donner accès aux métiers de l’audiovisuel. Le parcours des autodidactes est reconnu dans ce secteur, on est là aussi pour leur montrer qu’on peut exercer ces métiers même si les jeunes sont sans formation et en besoin d’insertion professionnelle.»

Ainsi pendant toute la durée du stage les jeunes participants bénéficient d’un encadrement avec des intervenants professionnels** qui les guident à toutes les étapes de création d’un court-métrage. Ils sont aussi formés à tous les postes devant et derrière la caméra. « C’est un secteur qui m’intéresse beaucoup, surtout la partie son, je fais un peu de musique et ce que j’apprends ici c’est bénéfique en tous points si je continue dans ce domaine » indique Haja de la Garantie Jeunes.

Son dalon Yamchid, impliqué et enthousiaste ne cache pas sa satisfaction de faire partie de cette aventure : « Moi ce qui m’attire c’est tout ce qui touche à l’image, j'connais déjà un peu de montage vidéo... Mais honnêtement, je ne sais pas qu’est-ce que j'ai le plus aimé : c’est un peu de tout !! S’occuper du cadre, de la lumière, du placement de la grue… C’est très physique mais j’adore ! »

« Personnellement, j’ai beaucoup appris... Sur moi-même, que l’esprit et la cohésion d’équipe c’est important sur un tournage » poursuit Christopher.

Quentin, lui, ne manque pas de remercier Arnaud Jean-Jacques, animateur multimédia de la Mission Locale Nord, sans qui, son goût pour cet univers n’aurait pas été aussi développé.

 

TOURNAGE reflo Equipe

 

« Ouvrir le champ des possibles »

Pour Stéphanie Bastien, Conseillère en Insertion Professionnelle à la Mission Locale Nord, alors que le chômage des jeunes constitue un enjeu majeur, permettre l’accès à la culture est primordiale… « D’autant que beaucoup de jeunes créent des vidéos, et sont très actifs sur les réseaux sociaux. S’intéressant au monde de l’audiovisuel, ils n’osent pas forcément se tourner vers les filières professionnelles concernées, car celles-ci leurs paraissent difficiles d’accès. Il est essentiel, de nos jours, de maximiser le potentiel offert par eux et de les pousser à « ouvrir le champ des possibles », à prendre conscience de leurs compétences. Nous avons décelé chez ces jeunes un intérêt particulier pour ce domaine, et la culture, sans parfois imaginer que ce soit possible de se former dans ce secteur. Qu’ils aient de l’expérience ou non, ils ont cette envie de découverte.

Valoriser leurs compétences

Dans le cadre de la Garantie Jeunes, dispositif de la Mission Locale Nord, il est garanti l’accès à une première expérience professionnelle. Les jeunes travaillent sur leur projet professionnel et établissent les étapes, avec leur conseiller, pour le concrétiser. Participer à ce projet c’est garantir l’accès à une expérience unique et concrète dans le domaine du cinéma et permettre aux jeunes de développer et valoriser leurs compétences, d’échanger avec des professionnels du secteur et encore de développer leur intérêt pour les métiers liés à la culture. Ils ont eu la possibilité de toucher à tous les postes que ce soit devant la caméra ou dans les coulisses. Cela leur a permis d’aborder le métier sous toutes ses facettes et de travailler à la cohésion sociale en développant des compétences fortes telles que l’esprit d’équipe, le sens des responsabilités, et la confiance en soi…

Diffusion du court-métrage en octobre

Le tournage terminé, place maintenant à la post-production, phase à laquelle les stagiaires peuvent aussi assister. Intitulé provisoirement « Le chat » le court-métrage sera projeté aux habitants du quartier Moufia 2, en présence de l’équipe de tournage.

L’histoire ? C’est celle d’une adolescente possédant une chaîne Youtube mais qui ne l’assume pas vraiment, mais cela va être dévoilé au grand jour…  

Le rendez-vous est pris en octobre prochain !

 

Les stages Kourmétraz sont possibles grâce aux soutiens de : la ville de Saint-Denis, du Ministère des Outre-Mer, du Préfet de La Réunion, de la Région Réunion, du Département de La Réunion, du Commissariat Général à l'Egalité des Territoires - CGET, FEDEP - Réunion, de la Mission Locale Nord Réunion, de l’association de quartier Moufia 2 : Kartié En Ler et la SIDR

*Cinékour : est une association fondée par Elsa Dahmani – réalisatrice –  avec le dispositif Kourmétraz, l’objectif est de sensibiliser la jeunesse des quartiers populaires de la réunion au 7ème art par la mise en place d’ateliers d’initiation à la réalisation et la diffusion de courts métrages.

**Les intervenants à Kourmétraz 2019 :

Image : Anderson Duberville, gérant de la boîte de production audiovisuelle « IDprod » et sélectionné pour participer à « Talents La Kour » autre dispositif d’accompagnement à la réalisation de court-métrage, par Cinékour.

Son : Christophe Robert, ingénieur son formé en métropole en studio d’enregistrement et en post-prod son, puis en autodidacte sur différents plateaux de tournages à la Réunion pour des projets locaux ou nationaux.

Scénario / Réalisation : Aurélie Filain, lauréate du concours Talents La Kour 2017 avec son scénario de court « La course de Phaéton », en tournage prochainement dans le quartier de Moufia 2 d’où elle est originaire et Gaëla Jaouen lauréate de Talents La Kour 2019.

Elsa Dahmani : Fondatrice de Cinékour et réalisatrice.

 

Crédits photos : Cinékour

Voir l'espace pro

33 offres d'emploi en ligne

La liste des offres est actualisée automatiquement toutes les 24h.